Vie d'entrepreneur d'une jeune fille tibétaine diplômée en France et en Angleterre

Publié le 2020-08-14 à 09:29  |  China Tibet Online

Dawa Drolma, une jeune fille d'une vingtaine d'années, titulaire d'une maîtrise, est l'une des nombreux entrepreneurs de Lhassa. Un matin de juillet, dans le centre commercial de Barkor à Lhassa, notre reporter a interviewé Dawa Drolma, qui faisait le tri des articles en vente. La vitrine présente des parfums, des produits de bain et de soins de la peau, tous issus de sa propre marque "KARMA LAZA".

"Lorsque j'ai terminé ma maîtrise en Angleterre en 2019, je suis allée en France pour suivre la formation sur les parfums en raison de mon amour pour le parfum. J'ai grandi au Tibet. La culture de l'encens de ma ville natale a toujours été profondément ancrée dans mon sang. L'enthousiasme qui m'habite et les opportunités que j'ai vues m'ont rendu de plus en plus affirmatif quant à mon rêve de parfum. Après les formations en parfumerie, j'ai choisi de retourner dans ma ville natale pour créer une entreprise. Maintenant, j'ai créé ma propre marque dans ma ville natale. Notre marque de parfum s'efforce d'hériter et de développer la richesse de la culture tibétaine, et vise toujours l'excellence avec la qualité. " dit Dawa Drolma en souriant.

Notre reporter a ouvert un flacon de parfum que Dawa Drolma a elle-même accordé. L'arôme pénètre lentement dans le nez, et on peut y sentir le parfum de l'encens tibétain, comme si l'on errait au milieu de Lhassa. "J'ai vu Dawa Drolma en direct sur TikTok, et je suis venue voir la vraie personne. Je veux acheter ce parfum et repartir avec. Je veux qu'il me rappelle les bons moments passés à Lhassa chaque fois que je l'ouvre.”, a dit Fang Yuanyuan, qui achète le parfum dans le magasin.

Dans tous les aspects de l'entrepreneuriat, Dawa Drolma n'a laissé aucun détail non réglé. Pour promouvoir ses produits, elle et ses employés ont ouvert un certain nombre de plates-formes de réseau pour promouvoir et vendre des produits sur des plates-formes en direct, attirant ainsi les touristes et les clients locaux. À l'heure actuelle, la plupart des commandes proviennent de ventes en ligne. "Comme notre magasin se trouve dans un coin du centre commercial, il n'est certainement pas possible de compter sur des magasins physiques pour réaliser de grosses ventes, alors je vais essayer d'accroître la visibilité de ma marque sur plusieurs plateformes. Pour l'instant, les ventes ne sont pas mauvaises. La prochaine étape est d'ouvrir des magasins à Shigatsé et à Chamdo, et de travailler dur sur le développement des produits et la publicité, afin que je puisse gagner une place dans les marques de mode locales de Lhassa, a déclaré Dawa Drolma.

(Rédactrice : Claire SHENG)