La vie de Namgyal Palden, un footballeur d'une vingtaine d'années

Publié le 2021-03-31 à 16:27  |  China Tibet Online


En photo : de jeunes footballeurs dans le village de Wahe, à Marri, dans le comté de Lhorong, dans la ville de Chamdo, pendant les vacances d'hiver. (photo fournie par Namgyal Palden)

L'hiver dans l'est du Tibet, l'air est raréfié et le vent froid. Un groupe d'enfants joue dans un terrain sablonneux, sans but, sans filet, sans uniforme. Sur une parcelle de terrain délimitée par des lignes blanches, ils courent après un ballon qui est presque trop usé pour être identifié comme un ballon de football. La plupart d'entre eux n'ont même pas une paire de chaussures décentes, mais cela n'a jamais empêché les enfants de s'adonner à leur passion du football.

Ici, un enseignant du nom de Namgyal Palden, diplômé de l'éducation sportive de l'Université des nationalités du Tibet en 2020, a décidé de retourner dans le comté de Lhorong, sa ville natale, et est devenu enseignant de la deuxième école primaire du bourg de Marri. Outre l'enseignement de la langue tibétaine et du sport aux enfants, il s'est également chargé de l'éducation morale. Namgyal Palden a déclaré aux journalistes qu'il s'était spécialisé dans le football à l'université, et que le football était devenu son meilleur compagnon depuis de nombreuses années. "J'ai découvert qu'il y a beaucoup d'enfants, de l'école primaire à l'université, qui aiment jouer au football dans les campagnes. Je vois souvent des enfants de tout âge jouer à taper dans un ballon sur le terrain de basket dans le village."

Cependant, Namgyal Palden a vite constaté qu'il n'y avait pas de terrain de football digne de ce nom à l'école et même dans le bourg. Les enfants n'ont que quelques terrains ouverts pour jouer, et ils ont plus envie de courir après le ballon que de jouer au football pour de vrai. S'ils veulent jouer un match standard, comme dans un vrai stade, ils doivent prendre plus de deux heures pour se rendre au chef-lieu du comté, qui se trouve à plus de 130 kilomètres.

Les mauvaises conditions n'ont pas entamé l'enthousiasme des enfants, si désireux de jouer au football. Mais cela fait mal à Namgyal Palden de voir les enfants jouer ainsi. Pendant les vacances d'hiver de 2019, Namgyal Palden a amené les enfants de la campagne (et de nombreux enfants d'âge préscolaire) à transformer eux-mêmes le terrain ouvert. Ils ont passé des jours à nettoyer le sol jonché de pierres cassées et de déchets, puis ils ont tracé la ligne avec de la peinture blanche et une règle à mesurer. C'est ainsi qu'est né un simple terrain de football. "Le nouveau site se trouve dans la vallée entourée de montagnes, près du village, avec une altitude de plus de 3500 mètres. Si les enfants de la campagne veulent jouer au football, ils n'ont qu'à y aller à pied depuis leur maison", a déclaré Namgyal Palden avec joie.

Comparées à leur passion pour le football, les difficultés que je rencontre ne valent plus la peine d'être mentionnées. "Pourtant, je suis convaincu que je peux faire mieux, afin que les enfants ne respirent plus la poussière sur le terrain de football", a-t-il ajouté. Le comité du village apporte également son soutien total à la création d'un terrain de football sur le terrain en friche le long de la rivière de passage dans le village de Wahe, dans le bourg de Marri. Une fois terminé, cela nous fournira un terrain fixe pour ces amateurs de football et les habitants qui aiment faire de l'exercice. Nous avons beaucoup de terrains ici et la circulation est très pratique. Nous espérons que d'autres enfants viendront sur le terrain de football, qu'ils apprécieront le sport et qu'ils développeront leur corps. "

(Rédactrice : Claire SHENG)