Prospérité sur le plateau : enseignement gratuit pendant 15 ans, de la maternelle au lycée

Publié le 2021-01-11 à 16:24  |  French.china.org.cn

Deqen Wangmo, un élève du collège n°8 de Lhassa, dans la région autonome du Tibet en Chine, ne pourrait pas être plus heureux. Depuis que le financement de l'éducation a augmenté au cours du semestre d'automne de cette année, les repas scolaires sont encore meilleurs qu'auparavant. Mais les bénéfices vont bien au-delà de la table du déjeuner. 

"Nous avons maintenant du lait entre les cours", a-t-il ajouté. "Et l'école nous fournit également des articles de papeterie, ce qui signifie que nos familles n'ont pas à les acheter". 

Le financement est une politique de subvention préférentielle de l'éducation menée spécifiquement pour la région autonome du Tibet. Cela a été conçu pour bénéficier aux élèves issus de milieux ruraux agricoles et pastoraux ainsi qu'aux élèves défavorisés des zones urbaines, couvrant tous les frais de scolarité, de nourriture et de logement de la maternelle au lycée. 

Les écoles de la région ont droit à une subvention annuelle moyenne de 4.200 yuans (environ 640 dollars) par élève, soit 14 fois plus que celle de 1985, année où l'éducation gratuite a été introduite, selon les dernières données du département régional de l'éducation. 

Jusqu'à présent, le gouvernement chinois a dépensé plus de 20 milliards de yuans pour soutenir le programme d'éducation gratuite de la région, la rendant ainsi plus accessible à près de neuf millions d'élèves. 

En transférant la charge financière de soutenir les élèves des familles au gouvernement, les perspectives des enfants issus de milieux agricoles, pastoraux et défavorisés ont radicalement changé, a indiqué le professeur Bagor du Collège technique professionnel du Tibet, ajoutant que la qualité de l'éducation dans la région s'est également considérablement améliorée. 

Les élèves de tous les niveaux peuvent également bénéficier d'un soutien supplémentaire grâce à un certain nombre de projets et d'initiatives dans le cadre de 40 projets d'aide à l'éducation, qui offrent notamment des subventions et des bourses d'études. 

Avant la libération pacifique du Tibet en 1951, le taux de scolarisation des enfants en âge scolaire était inférieur à 2%, tandis que le taux d'analphabétisme atteignait 95%. 

Aujourd'hui, les dernières données sur le taux brut de scolarisation dans la région montrent les progrès accomplis. Le Tibet compte aujourd'hui 84,42% d'élèves en âge préscolaire dans l'enseignement ; 99,71% à l'école primaire, 102,88% au collège (plus de 100% en raison de ceux qui commencent leur scolarité en retard ou qui doivent redoubler), 86,62% au lycée et 47,65% d'étudiants à l'université. 

Odser Lhamo, 73 ans, qui a vécu sous le servage pendant 12 ans, a été parmi la première génération à bénéficier des politiques éducatives du Tibet. 

Après la réforme démocratique au Tibet en 1959, elle a pu s'inscrire à l'actuelle Université Minzu du Tibet. Elle a ensuite travaillé dans un tribunal local après l'obtention de son diplôme et reçoit maintenant une pension mensuelle. Ces possibilités auraient été inimaginables pour une personne de son milieu dans le passé. 

Profondément inspiré par l'histoire de Mme Odser, son petit-fils s'est inscrit, de nombreuses années plus tard, à la même université, ses études étant aidées par une bourse d'études mensuelle. 

Mme Odser et son petit-fils ne sont pas les seuls. 

Le nombre d'étudiants tibétains dans les universités a augmenté de 15%, passant de 33.000 en 2012 à 38.000 en 2019, tandis que le nombre d'élèves dans les écoles secondaires a augmenté de 17%, passant de 196.000 à 230.000 pour la même période. 

Les politiques éducatives au Tibet "changent la vie" des élèves d'aujourd'hui et des générations futures, a-t-elle noté. 

(Rédactrice : Lucie ZHOU)