Le grand projet chinois de transfert d'eau du Sud vers le Nord a bénéficié à 67 millions de personnes

Publié le 2020-11-20 à 16:34  |  People's Daily


Le 11 mai, la photo montre les eaux dans la ville de Danjiangkou du réservoir de Danjiangkou au Hubei, là où la ligne centrale du projet de transfert d'eau prend sa source. (Chen Huaping/Pic.people.com.cn)


Le 9 novembre, la photo montre le beau paysage le long du fleuve Hanjiang dans l'arrondissement de Yunyang de la ville de Shiyan de la province du Hubei. (Yang Xianyou/Pic.people.com.cn)


Le 3 juin, au réservoir de Danjiangkou, la ligne centrale du projet de transfert d'eau a poursuivi des opérations pendant plus de 2 100 jours de façon sûre et stable. Elle a transféré 30 milliards de mètres cubes d'eau. (Chen Huaping/Pic.people.com.cn)


Le 11 mai, dans le village de Jiangjia du bourg de Pingtan de l'arrondissement de Dongxing de la ville de Jiangdong de la province du Sichuan, la photo montre des Craspedacustas dans un réservoir. (Lan Zitao/Pic.people.com.cn)

Sur la carte de Chine, un canal artificiel part des montagnes Qinba et se dirige vers le nord, en passant par le fleuve Jaune, le fleuve Yangtsé, la rivière Huaihe et les Monts Taihang. Il traverse 1 432 kilomètres du sud au nord et achemine l'eau limpide vers le Henan, le Hebei, Tianjin et Beijing. Il s'agit de la ligne centrale du projet de transfert d'eau du Sud vers le Nord en Chine. Mise en service en décembre 2014, cette ligne a poursuivi des opérations pendant plus de 2 100 jours de façon stable. Elle a transféré 30 milliards de mètres cubes d'eau, dont la qualité reste toujours supérieure au niveau II, bénéficiant directement à 67 millions de personnes.

On pense à l'origine de l'eau quand on en profite. L'acheminement d'eau limpide au nord a été rendu possible par la préservation écologique de la zone où la ligne centrale prend sa source. La ligne centrale du projet hydraulique prend sa source dans une région de 95 000 km2 couvrant le réservoir de Danjiangkou et sa région amont, qui comprend 49 comtés (villes et arrondissements) de 6 provinces : le Henan, le Hubei, le Shaanxi, le Sichuan, Chongqing et le Gansu. Les travaux ont commencé en 2005. Grâce à 15 ans d'efforts, la zone de la source d'eau est verdoyante et pittoresque. On entend souvent les chants d'oiseau.

L'eau est plus limpide. Au début de la construction, sur 42 sections de rivière au réservoir de Danjiangkou et sa région amont, seules 20 sections satisfaisaient à la norme en matière de qualité de l'eau. Certaines sections étaient même classées au niveau V, voir niveau V inférieur (le moins propre). Depuis la mise en service du projet, la qualité de l'eau du réservoir et sa région amont n'a cessé de s'améliorer. L'eau de chaque section de rivière a atteint le niveau de qualité requis. Lors du dernier test de qualité de l'eau, tous les 109 indicateurs répondaient aux normes de niveau II pour l'eau de surface. Plus de 95% des indicateurs étaient conformes aux normes de niveau I dans le test général, et 100% des indicateurs étaient conformes aux normes de qualité de l'eau dans la zone de la source d'eau dans le test spécifique. À 15 mètres de profondeur du réservoir, l'eau est limpide et propre, et est donc potable.

Il y a plus d'arbres sur les montagnes. Le réservoir était entouré de déserts pierreux. Il n'y avait pas d'arbres sur les montagnes, lesquelles étaient couvertes de fossés de boues. Des boues se formaient et se versaient dans le réservoir quand il pleuvait, rendant l'eau très sale. Aujourd'hui, aux villes où se situe le réservoir, le taux de couverture forestière à Nanyang et Shiyan a atteint 40,5% et 66,7%. Les montagnes sont reboisées. Il n'y a plus de fossés.

On constate une plus grande biodiversité. L'amélioration de l'environnement protège et restaure la biodiversité. Le réservoir compte plus de 800 espèces de vertébrés terrestres présentant une valeur économique et pour la recherche scientifique, dont 53 espèces terrestres bénéficiant d'une protection renforcée du pays. Plus de 170 espèces d'oiseaux y séjournent chaque année. Le réservoir possède aussi des espèces végétales rares et précieuses. Les Harles de Chine, espèce en danger au niveau mondial, passent l'hiver au parc national de zone humide de Huanglong à Shiyan pendant 6 ans consécutifs. Les Craspedacustas, tellement rares que l'on les considère comme "grand panda dans l'eau", apparaissent souvent au réservoir. Le banc de Baidu du bourg de Madeng du comté de Xichuan, qui attire des dizaines de milliers de grues blanches, est devenu "le banc de grue blanche" très célèbre.

Les industries sont plus soucieuses de la protection de l'environnement. Dans le passé, la structure de l'industrie dans la zone où la ligne centrale prend sa source était simple et primitive. L'agriculture dépendait des engrais et des pesticides. L'industrie se limitait l'extraction de mines et de sables. Le secteur tertiaire se limitait à ce que produisaient des montagnes et des eaux. Aujourd'hui, la structure de plantation s'est améliorée. Les gens utilisent des engrais organiques et des pesticides protecteurs de l'environnement. Des industries extensives très polluantes et consommatrices d'énergies ont été fermées, relocalisées ou reconverties en industries éco-responsables. Un beau paysage a boosté le tourisme écologique et a attiré beaucoup de touristes. Le secteur tertiaire ne cesse de s'étendre. On dit qu'un bon environnement nourrit de bonnes cultures et un beau paysage nourrit des industries prospères.

Les gens mènent une vie meilleure. Grâce à l'amélioration continue de l'écologie, au lieu de subir des conséquences sur leurs moyens de subsistance, les habitants dans la zone où la ligne centrale prend sa source ont vu leurs revenus augmenter. Leur vie s'améliore. Dans les bourgs, des arbres luxuriants et des rivières coexistent avec d'innombrables immeubles modernes. Dans la campagne, la montagne verdoyante et les ruisseaux d'eau avoisinent des rues larges et propres. Des agriculteurs vivent dans de belles maisons solides et utilisent des appareils électroménagers comme le réfrigérateur et le téléviseur. Ils sont très contents d'avoir l'eau, la cuisine et les toilettes propres. Grâce à leur vie meilleure, les habitants aiment plus leur ville natale, les montagnes et les rivières. C'est avec une plus grande passion qu'ils se lancent dans des activités pour un avenir meilleur. Des cadres et des habitants disent : "Sans le projet de transfert d'eau du Sud au Nord, ici notre vie n'aurait pas changé de fond en comble dans la zone où la ligne centrale prend sa source !"

Par Lin Lili, journaliste au Quotidien du Peuple

(Rédactrice : Claire SHENG)