Les monastères à Lhassa rouvrent progressivement

Publié le 2020-05-22 à 14:31  |  China Tibet Online

Après avoir fermé les monastères pendant plus de 120 jours, à l'exception du monastère de Jokhang, les monastères de toute la ville de Lhassa, au Tibet, ont commencé à reprendre progressivement leur ouverture sur le grand public le 20 mai.

Affectés par l'épidémie de COVID-19, à la fin janvier, les monastères de toute la région du Tibet ont suspendu leur ouverture aux croyants et aux touristes.

Le Lhakang de Mani du monastère de Mindroling et le Lhakang de Zanba du monastère de Meru se situent près de la rue Barkhor et du monastère de Jokhang. Après plus de 120 jours, la grande scène de pèlerinage est de retour.

Lotsang Dondrup, un moine du Lhakang de Zanba, a nettoyé plusieurs jours à l'avance le temple pour préparer la réouverture. « La porte s'ouvre à 8 heures ce matin, et le hall de Bouddha a été désinfecté, il y a beaucoup de monde ici, et nous désinfectons trois fois par jour. En plus, le personnel de la communauté procède également à une désinfection le long de la rue deux fois par jour. »

L'Association bouddhiste de Lhassa a annoncé le 19 mai qu'après la réouverture des monastères, la population locale est venue dans le temple pour prier en montrant leurs cartes d'identité. Les croyants et les touristes venus de l'extérieur de la ville sont obligés de scanner le code QR qui montre les trajets historiques personnels effectués par le visiteur et de montrer leur carte d'identité avant qu'ils entrent dans le monastère pour prier ou visiter.

Les monastères de la ville de Lhassa ne tiennent temporairement pas d'activités religieuses impliquant la participation de croyants.

Le 31 mars, 214 lieux religieux éloignés de Lhassa ont été ouverts au public.


(Rédactrice : Claire SHENG)