Les Etats-Unis minent la mondialisation en considérant la Chine comme une menace (expert)

Publié le 2021-06-03 à 15:49  |  Xinhua

Les Etats-Unis sapent la mondialisation en considérant l'essor économique de la Chine comme une menace pour la sécurité, a récemment averti un expert.

Dans un commentaire publié dimanche dans le South China Morning Post, Anthony Rowley, journaliste chevronné spécialisé dans les affaires économiques et financières asiatiques, a exprimé son opposition aux analyses axées sur la "sécurité" faites par les Etats-Unis, qui sous-estiment les complexités et les bénéfices mutuels générés par les interactions économiques.

Alors que la mondialisation a apporté de nombreux avantages économiques, une telle analyse a tendance à empoisonner les relations entre les nations et à créer des tensions qui peuvent rapidement passer du niveau économique et sectoriel au niveau de l'Etat, a expliqué M. Rowley, ajoutant qu'une telle analyse menaçait également d'aboutir à une confrontation idéologique ou même physique.

M. Rowley a pris comme exemple les tensions entre la Chine et les Etats-Unis et a notamment cité les guerres commerciales et technologiques menées par l'ancien président américain Donald Trump.

Les tarifs douaniers punitifs imposés par l'administration Trump sur les importations de marchandises chinoises s'inscrivent dans une politique qui, selon les économistes, a davantage nui aux consommateurs américains qu'à ceux de Chine, a-t-il déclaré.

Le journaliste a souligné que la croissance du commerce extérieur de la Chine après son adhésion à l'Organisation mondiale du commerce en 2001 était souvent mal comprise.

Il a cité un livre de Xing Yuqing, professeur d'économie à l'Institut national des hautes études politiques de Tokyo, affirmant que la Chine était devenue un géant du commerce mondial et non, comme on l'entend souvent, une "menace" usant de moyens légitimes.

En s'insérant dans les chaînes de valeur mondiales de fabrication et d'assemblage, la Chine, grâce à son avantage concurrentiel dans les biens à forte intensité de main-d'œuvre, a donné aux multinationales un moyen peu coûteux d'augmenter massivement la production et les ventes, selon le livre.

Mais une grande partie des bénéfices de cette hausse revient aux entreprises mondiales, ce qui "a conduit à une exagération significative des exportations et de l'excédent commercial de la Chine vis-à-vis des Etats-Unis" et à "une distorsion par les statistiques commerciales conventionnelles du déséquilibre commercial", a analysé M. Rowley.

Tout en déplorant que la mondialisation soit victime de la concurrence des grandes puissances, il a fait remarquer que la Chine essayait de maintenir la mondialisation à flot avec de nouveaux accords commerciaux et la construction d'infrastructures internationales.

L'ouverture de la Chine a profité aux multinationales désireuses de pénétrer dans le plus grand marché de consommation du monde, a-t-il ajouté. Fin

(Rédactrice : Estelle ZHAO)